Gestalt Thérapie

Publié dans Particuliers

Devenez responsable et acteur de votre vie

La thérapie vise à permettre

  • D’atteindre un niveau d’individuation plus harmonieux grâce à une meilleure utilisation de son capital émotionnel, sensitif, intellectuel, psychique, physique, créatif, relationnel
  • De développer une perception et une compréhension plus grandes des rapports entre son monde intérieur et le monde extérieur
  • De se sensibiliser, grâce aux processus thérapeutiques, aux fonctionnements qui le font souffrir en vue d’y substituer des fonctionnements plus adéquats ce qui aura pour conséquence d’atténuer, voir supprimer sa souffrance ou son mal-être
  • D’explorer sa personne en ce qu’elle a d’unique et de singulier
  • Acquérir une meilleure estime de soi, un nouveau sentiment d’appartenance et de maîtrise de sa vie dans un rapport à soi-même plus pacifié.

 Pour en savoir plus, cliquez ici

Quelques questions que vous pouvez vous poser…

  • Vous manquez de confiance en vous ?
  • Vous ne savez pas dire non ?
  • Vous appréhendez l’avenir ?
  • Vous n’arrivez plus à dormir ?
  • Vous n’arrivez plus à vous lever le matin ? 
  • Tout vous parait fade et sans intérêt dans votre vie ?
  • Vous vous sentez exclu, abandonné et très seul ?
  • Vous traversez un deuil ? un divorce ? 
  • Vous avez un problème de santé, une addiction ?

IL EST TEMPS DE VOUS FAIRE AIDER, D’ETRE ECOUTE ET SOUTENU. LE MOMENT EST VENU DE VOUS SENTIR MOINS SEUL AVEC VOS BAGAGES….


Sens de la Gestalt thérapie chez Bilanciel


La croyance serait que « les plus belles fleurs poussent sur le fumier »

et « que de nos souffrances les plus aiguës peuvent naître des compétences et potentiels extraordinaires... »

 

  • Quelle est notre capacité de « résilience » ? c’est à dire la capacité que nous possédons tous à rebondir même lorsque nous sommes blessés, meurtris, traumatisés, abusés, battus...et que nous croyons avoir touché le fond du désespoir et de la souffrance....

  • Lorsque le patient arrête sa thérapie, c’est souvent parce qu’il n’est plus en souffrance aiguë et qu’il n’a plus le besoin d’une aide extérieure ; il est alors devenu capable de davantage d’autonomie et surtout il a acquis la capacité (même encore balbutiante) de créer et de combler ses difficultés par ses propres mécanismes de résolution.

  • Beaucoup de patients arrêtent à ce stade, ils sont venus consulter pour un symptôme, une difficulté qui a disparu.

  • D’autres veulent aller plus loin « qu’aller mieux » : ils désirent farouchement aller bien, être « l’acteur de leur vie », celui ou celle qui prend les ressources de son destin en main.
    • C’est le début du « développement personnel » où le patient apprend à développer ses nouveaux potentiels, à innover avec sa propre créativité, à affirmer sa confiance en lui.

  • Cela devient la phase de stabilisation ou de consolidation. La caractéristique de cette étape est que l’autonomie du client s’est grandement accrue. Il n’est plus en souffrance aiguë (malgré des passages parfois difficiles de doute et de difficultés), qu’il a recours au psy comme « tiers aidant occasionnel » pour le soutenir, le coacher, être le garant de sa propre évolution, un peu comme le moniteur d’auto-école vérifie, accompagne et aide le jeune conducteur débutant mais ne conduit pas la voiture !

 Déontologie

  • Le praticien est libre de refuser, pour des raisons professionnelles, éthiques, personnelles, de non-respect des règles de Bilanciel, de
    s’engager ou de poursuivre un accompagnement avec un client même s’il le désire. Dans sa position de refus, il aura pour devoir moral d’orienter et conseiller le client demandeur vers une autre prise en charge apte à répondre à la demande et aux besoins du client.

  • Le praticien renonce à faire miroiter des promesses de guérison irréalistes.

  • Le praticien est soumis au secret professionnel absolu pour la totalité de ce que le client révèle.

  • Le client a une totale liberté de choix de son praticien. En aucun cas le praticien ne doit utiliser la confiance du client pour faire pression sur sa liberté de choix.

  • Des entretiens préliminaires sans engagement permettent de faire le point sur les difficultés ou la problématique rencontrées, et d’étudier ensemble quelles orientations thérapeutiques entreprendre, en fonction des attentes et demandes exprimées.

 

Déroulement

 

 

Sophie Touttée Henrotte a créé une association loi 1901 à cet effet : O.C.E.V

 

 

Chez Bilanciel…toujours plus haut, pour aller plus loin…

 

"Si quelqu’un me guérit et me retire mon mal, j’entends aussi qu’il me hisse au niveau de conscience que j'aurais atteint si j'avais moi-même résolu ce que ce mal devait m'apprendre. Sinon, s'il me laisse dans le même état de conscience après m'avoir retiré mon mal il me vole l'outil de ma croissance que peut être cette maladie"

TOUT THERAPEUTE DOIT LUI-MEME ETRE SUPERVISÉ